Les obligations ESG, un investissement si renouvable?

Depuis l'accord de Paris de 2015, les obligations ESG (obligations environnementales, sociales et de gouvernance) sont devenues de plus en plus importantes en tant qu'instrument financier et utilisées pour financer des projets durables dans le monde entier. Comme la plupart des industries actuelles doivent remodeler ou réorganiser leurs processus de production pour atteindre les objectifs des ODD, cela offre des opportunités aux investisseurs de diversifier leur portefeuille dans un large éventail de domaines tels que l'énergie, l'agriculture, le traitement de l'eau.... Cependant, tous les pays ne définissent pas l'ESG de la même manière, ce qui conduit souvent à investir dans des projets qui répondent aux critères de durabilité du pays mais pas à ceux de l'ONU...


Qu'est ce que les obligations ESG?


Les obligations ESG sont un terme générique qui englobe le financement de projets environnementaux/sociaux, y compris les obligations vertes ou les obligations sociales, ainsi que les structures ciblées, telles que les obligations liées à la durabilité (SLB), qui incitent l'entreprise émettrice à atteindre des normes ESG plus élevées dans tous les domaines. Ces obligations prennent de plus en plus d'importance sur les marchés financiers, car les entreprises cherchent à améliorer leurs références en matière de durabilité en mettant l'accent sur les énergies renouvelables, la réduction de la pollution ou les adaptations et initiatives liées au changement climatique. Les entreprises qui émettent ces obligations ne se contentent pas d'assumer leur rôle d'entreprise citoyenne, elles attirent également de nouvelles vagues d'investisseurs à vocation sociale qui soutiennent les initiatives ESG. Depuis l'accord de Paris de 2015, les investisseurs, les entreprises, le grand public et certains gouvernements font pression pour intégrer les ESG dans les opérations des entreprises ou dans leur portefeuille d'investissements.


Projets financé via des obligations ESG:


Depuis 2015, un certain nombre de projets ont été financés grâce aux GSE, à savoir :

  • EDF, l'un des principaux services énergétiques européens ont émis près de 7Mds$ d'obligations vertes pour des projets d'énergies renouvelables tels que des parcs éoliens, la biomasse et/ou la géothermie.

  • Apple a dépensé 4,7 milliards de dollars pour financer une méga ferme solaire dans le Nevada, c'est la 17e obligation ESG qu'elle a financée dans le monde.

  • ReNew power a émis près de 585 millions de dollars pour financer sa ferme solaire en Inde.

  • Selon la banque mondiale, près de 157 Mds$ d'obligations ESG ont été émises en 2019.

Les futurs projets financés par des obligations ESG :

  • L'Italie a levé 9 Mds$ lors de sa toute première émission d'obligations vertes.

  • Le Royaume-Uni prévoit d'émettre près de 40 à 45 Mds$ d'obligations vertes au cours des prochaines années.

  • En 2021, les gouvernements devraient émettre pour 500 milliards de dollars d'obligations ESG.

  • Le président Biden et la FED prévoient d'émettre 1 billion de dollars d'obligations ESG au cours de la prochaine décennie.

Le problème du "Greenwashing"


Comme précisé dans l'introduction, les obligations ESG sont une opportunité pour les investisseurs de générer des revenus considérables tout en finançant un projet durable. Cependant, cela dépend largement de la définition que les pays ont de la durabilité ou de la définition qu'ils veulent donner. Malgré son essor au cours de la dernière décennie, certains pays s'en servent souvent pour "verdir" leurs projets, c'est-à-dire faire croire qu'il s'agit d'un projet vert alors qu'il ne l'est pas.


Parmi les exemples récents, citons les entreprises chinoises qui investissent dans une centrale au charbon plus efficace sur le plan énergétique mais qui l'étiquettent comme une obligation verte, l'État du Queensland qui émet des obligations pour protéger les récifs coralliens mais qui augmente ses investissements dans des projets de charbon, ou Nike qui investit dans des obligations vertes mais qui, dans le même temps, est confronté à des scandales liés au travail des enfants dans sa chaîne d'approvisionnement.


D'autre part, certains projets semblent verts, mais il existe des preuves substantielles qu'ils posent des problèmes environnementaux à long terme. L'un des exemples les plus récents est celui de l'hydrogène, qui est considéré comme l'un des remplacements verts potentiels du pétrole et qui attire les investissements des banques et/ou des fonds spéculatifs. Même si son utilisation n'entraîne pas d'importantes émissions de carbone, les phases initiales de production en entraînent.


Que faut-il faire pour garantir la propreté de ces investissement?


Les obligations ESG peuvent devenir l'une des solutions pour la transition vers la durabilité dans les pays. Elles offrent une opportunité à toutes les parties prenantes : les investisseurs peuvent tirer des revenus substantiels des titres à revenu fixe, les entreprises peuvent facilement financer leurs projets et le grand public peut en bénéficier car elles peuvent réduire la pollution atmosphérique et créer des emplois.


D'un autre côté, les organisations telles que la Banque mondiale, le FMI ou les pays doivent se mettre d'accord sur une définition commune de ce qui constitue un projet vert ou un projet social pour qu'il soit efficace dans le monde entier. Par ailleurs, l'utilisation accrue des scores ESG par des institutions financières telles que JP Morgan, Goldman Sachs et d'autres peut devenir un bon indicateur de la performance à long terme d'une entreprise particulière si et seulement si une définition unique est établie.


Article rédigé par SEPEC CONSULTS SAS


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout